Rock en Seine 2015 : ce qu’il ne faut pas rater

Rock en Seine, Domaine National de Saint-Cloud, 28/08/2015

C’est parti pour 3 jours de live dans l’enceinte du Domaine National de Saint Cloud pour cette nouvelle édition du festival Rock en Seine, du vendredi 28 au dimanche 30 août. Avec une programmation touffue et un don d’ubiquité toujours pas acquis, inutile de préciser que si « choisir, c’est renoncer », il y a des artistes présents auxquels il ne faudra pas renoncer, donc les choisir. Vous suivez ? Bref, tour d’horizon.

RESAmbianceSceneCascade01

Vendredi 28 août : le milieu de l’après-midi sera certainement rythmé par le rock fiévreux de Ghost, ces Suédois masqués qui proposent une mise en scène des plus originales. Puis on n’oubliera pas de passer voir le vieux de la vieille, Miossec, qui prend de la (bonne) bouteille (alors qu’il a lâché l’autre) au fil des ans. Côté découvertes, ne pas rater la flamboyante Jeanne Added, dont les prestations scéniques laissent à peu près sans voix ; mais aussi Wand, Son Lux et Jacco Gardner. Sur la grande scène, les nostalgiques d’une adolescence boutonneuse pourront toujours aller s’agiter sur The Offspring, avant de vivre un moment live certainement dispensable avec Kasabian en clôture…

Samedi 29 août : pas encore trop fatigué de la veille, on se dirigera vers le live de Forever Pavot, artisan d’un rock néo-psychédélique (c’est le dossier de presse qui le dit) du meilleur effet. On tentera de jeter une oreille attentive au rap électrisant de Young Thug, non sans être allé faire un tour du côté des magnifiques Belges de Balthazar, habitués aux envolées rock puissantes et mélodieuses, mais aussi Ben Howard et Jamie XX. La soirée vaudra ensuite son pesant d’or avec la présence d’Etienne Daho (à voir au moins une fois dans sa vie, pour l’élégance au moins), puis Interpol, qui défendra les titres de son dernier album en date, avant de finir avec The Libertines, qui malgré l’effarant Pete Doherty reste un groupe à voir sur scène.

Last Train - Photo : Bartosch SalmanskiPhoto : Last Train, par Bartosch Salmanski

Dimanche 30 août : si vous aimez le rock qui envoie du bois tout en finesse, il faudra absolument aller jeter une oreille, voire deux, au concert des Français de Last Train, groupe rock originaire de l’Est de la France qui a prouvé lors du dernier Printemps de Bourges qu’il avait très bien digéré l’univers des Strokes et des Arctic Monkeys. La dernière journée de Rock en Seine laissera ensuite la place à Parquet Courts, Hot Chip, Mark Lanegan Band, Alt-J ou encore les Australiens solaires de Tame Impala. En clôture de Rock en Seine, les plus téméraires iront secouer les hanches et la tête sur les beats évidents des Chemical Brothers.

Arnaud de Vaubicourt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *