Rock en Seine 2015 : de l’évidence et des vraies surprises.

Rock en Seine, Domaine National de Saint-Cloud, 28/08/2015

Le festival qui clôt la salve estivale de déluge sonore à travers la France a fermé ses portes dimanche soir et a déjà pu dresser un bilan positif : 120 000 festivaliers ont foulé la pelouse du Domaine National de Saint Cloud sous une chaleur accablante, et des concerts globalement pas plus froids.

Les 40 000 personnes présentes sur le site le vendredi 28 ont sans doute croisé les masques des Suédois de Ghost sur la Grande Scène : les rockeurs ont proposé un set loufoque et dense, dont on ne sait véritablement si le premier degré était de mise où si l’on assistait à un moment très sérieux de doom metal à la sauce 70’s. L’ambiance est posée.

Ghost @ Rock en Seine, Domaine National de Saint-Cloud, 28/08/2015
Ghost @ Rock en Seine, Domaine National de Saint-Cloud, 28/08/2015

A quelques enjambées de boue de là, sur la scène de l’Industrie (il n’a plu qu’en début de journée ce vendredi 28), la Française Jeanne Added, très attendue, montait sur scène avec ses deux musiciens. Voix parfaite (en haut comme en bas), ambiance darko-poétique qui aurait mérité un horaire de passage plus tardif (les concerts, c’est toujours moins bien le jour) et effluves post punk ont recouvert la fosse d’une ambiance « grand-messe » (pas uniquement noire) qui laissera quelques frissons. A la fin de son concert, on se dit que définitivement, Jeanne Added est une des grosses révélations 2015.

En surfant entre les flaques de boues qui commencent à sécher et les festivaliers rassurés par le soleil et la bière (coupée à l’eau, il n’y a pas de petits profits), on profitera d’un beau concert des Londoniens de Wolf Alice, dont le rock racé fera écho à l’élégance de Jacco Gardner une heure plus tard. Rock en Seine 2015 est bel et bien lancé. Sur une bonne note.

Wolf Alice @ Rock en Seine, Domaine National de Saint-Cloud, 28/08/2015
Wolf Alice @ Rock en Seine, Domaine National de Saint-Cloud, 28/08/2015

La soirée verra les vétérans d’un post punk 90’s se produire sur la Grande Scène : The Offspring envoie valser ses riffs de guitares putassiers mais imparables dans l’air, se délecte de la furie du public sous les coups de semonce de ses gros tubes, tandis que Miossec, qui subit les basses des Américains durant son concert (et s’en plaint élégamment) livre un live tout en délicatesse et émotion sur la scène de l’Industrie, décidément trop proche de la Grande Scène. Plus tard, les Anglais de Kasabian, toujours un peu coincés entre ce qui se fait de mieux en rock anglais, sans pour autant jamais susciter l’excitation, livrent un set linéaire, aux mélodies martiales et goguenardes. Ennuyeux.

Kasabian @ Rock en Seine, Domaine National de Saint-Cloud, 28/08/2015
Kasabian @ Rock en Seine, Domaine National de Saint-Cloud, 28/08/2015

Le deuxième jour de l’édition 2015 aura été marqué dès l’après-midi par la prestation des Belges de Balthazar, qui enchaînent leurs pépites rock comme peu savent le faire sur scène . Présence, charisme, immense faculté à se mettre le public dans la poche en quelques titres : tout est réuni chez Balthazar pour offrir d’excellents lives, avec en point d’orgue, évidemment leur hymne « Blood Like Wine ». Quelques minutes plus tard, la scène Pression Live voit se produire Mini Mansions, projet fomenté par l’infatigable Michael Shuman des Queens Of The Stone Age. Un univers musical étrange et décalé. Drôle de moment.

Balthazar @ Rock en Seine, Domaine National de Saint-Cloud, 28/08/2015
Balthazar @ Rock en Seine, Domaine National de Saint-Cloud, 28/08/2015

Tandis qu’Etienne Daho continue parfaitement d’habiller le dandysme à la française sur la scène de la Cascade, les Gallois de Stereophonics finissent leur set folk rock sur la Grande Scène… Kelly Jones et sa bande envoient du lourd, avec une basse vrombissante et une voix toujours juste, mais le tout sans réelle conviction. Il faudra attendre 20h45 et l’arrivée d’Interpol sur la scène pour ressentir de vrais frissons. Paul Banks et son groupe livrent un show fidèle à leurs disques : guttural, enlevé, sombre et pourtant si lumineux (bravo aux ingés lumières) en piochant dans leur « vieux » répertoire tout comme dans le dernier album. Evidemment, le « PDA » d’anthologie en avant dernier morceau met les quelques 25000 specateurs d’accord. Juste après, pour clore la soirée, ce sont les Libertines qui investissent la Grande Scène pour un show grand-guignolesque tout à fait improbable. Heureusement il reste le dimanche.

The Libertines @ Rock en Seine, Domaine National de Saint-Cloud, 29/08/2015
The Libertines @ Rock en Seine, Domaine National de Saint-Cloud, 29/08/2015
Interpol @ Rock en Seine, Domaine National de Saint-Cloud, 29/08/2015
Interpol @ Rock en Seine, Domaine National de Saint-Cloud, 29/08/2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après le passage des prometteurs We Are Match sur la scène de l’Industrie, on retiendra essentiellement la performance de Last Train sur la même scène deux heures plus tard. Le groupe de vingtenaires originaire de Mulhouse et signé chez Cold Fame Records sait ce qu’il fait, ce qu’il veut et où il va. Cette manière d’assumer les poses de rock star en blousons noirs serait discutable si le groupe n’avait pas ce petit quelque chose que l’on retrouve rarement chez des artistes en développement : l’évidence des mélodies, la certitude qu’un vrai groupe est en train de naître. Entre les Black Rebel Motorcycle Club et les Strokes, Last Train se trouve une place que peu de groupes de rock français savent investir. Une heure de vrai rock n’roll sous la chaleur de Saint Cloud pour rebooster les batteries.

Last Train @ Rock en Seine, Domaine National de Saint-Cloud, 30/08/2015

Last Train @ Rock en Seine, Domaine National de Saint-Cloud, 30/08/2015

Retour sur la Grande Scène avec Hot Chip, dont le show saturé par les basses fera vibrer toutes les cotes, et quelques cœurs… Puis viennent les Australiens de Tame Impala, ou comment ressusciter le psychédélisme pur jus dans une enchevêtrement assez habile de guitares et de synthés. qui viennent raviver le flower power. Rien que ça. Au même moment, du coté de la scène de l’Industrie, Mark Lanegan Band (Monsieur Screaming Trees) donne un show carré, statique mais plaisant.

Tame Impala @ Rock en Seine, Domaine National de Saint-Cloud, 30/08/2015
Tame Impala @ Rock en Seine, Domaine National de Saint-Cloud, 30/08/2015

En fin de soirée, les rappeurs de Run The Jewels perdent évidemment le combat de beats qui les oppose aux Chemical Brothers, tête d’affiche de cette dernière journée. Les Anglais envoie de la lumière, des basses, des tubes des année 90 et 2000. La chaleur ne retombe pas, les festivaliers sont contents et hydratés. La fête bat son plein dans les allées du festival tout comme à l’espace VIP situé derrière la Grande Scène, où le duo de Manchester emmené par Tom Rowlands et Ed Simons a refusé la diffusion du live sur grand écran, contrairement à tous les autres artistes de cette édition Rock en Seine 2015.

The Chemical Brothers @ Rock en Seine, Domaine National de Saint-Cloud, 30/08/2015
The Chemical Brothers @ Rock en Seine, Domaine National de Saint-Cloud, 30/08/2015

Arnaud de Vaubicourt

Photos : Ludwig Wallendorff

3 thoughts on “Rock en Seine 2015 : de l’évidence et des vraies surprises.

  1. Bon sang que cela donne envie d’y aller! On me dit que cette édition est bel et bien finie, damn it, vivement l’année prochaine et bravo pour ce report impeccable et plein d’enthousiasme

  2. excellent article qui résume bien le festival et surtout les magnifiques photos du sieur Wallendorff (comme à son habitude)!!

    félicitations et continuez dans cette voie

    Malik

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *